Née dans les années 90 en plein marasme économique et initiée par une équipe danoise dirigée par le Professeur KEHLET en chirurgie digestive, la réhabilitation améliorée (aussi appelée récupération rapide après chirurgie ou fast-track) consiste à réduire au maximum le délai de récupération de la capacité fonctionnelle initiale d’un patient après chirurgie et à anticiper les risques de complications postopératoires.

Ce principe repose sur 7 piliers :

–  La préparation du patient

–  L’utilisation de la méthode des chemins cliniques

–  L’analgésie multimodale

–  L’approche pluridisciplinaire

–  La réalimentation et le lever précoces

–  La sécurisation du parcours patient, notamment sa sortie

–  L’évaluation des bénéfices-risques obtenus

  • Patient gagnant => les patients profitent des dernières avancées médicales et chirurgicales, d’une prise en charge personnalisée et mieux sécurisée et retrouvent plus rapidement leurs capacités fonctionnelles initiales… Un parcours patient sécurisé !
  • Praticien gagnant => les praticiens retrouvent la cohésion d’équipe autour d’un projet fédérateur et jouissent de méthodes de travail simplifiées et mises en conformité… Une équipe fédérée et remotivée !
  • Établissement gagnant => La mise en place de cette méthode engendre une diminution des durées moyennes de séjour, qui implique la diminution des ressources utilisées et aboutit à une amélioration de la rentabilité… Une rentabilité renforcée !

Ce concept répond en tout point aux exigences de la HAS notamment via la sécurisation du parcours patient. Le questionnement par les équipes autour des besoins du patient constitue le fil conducteur de cette démarche novatrice. La structure de soins s’adapte désormais au patient et non plus l’inverse.